A la fois angoissant et libérateur - Coumarine, Petites paroles inutiles

Coumarine, Petites paroles inutiles

Inutiles peut-être...mais oh! combien nécessaires. Une femme parle du quotidien de sa vie, de ses humeurs, de ses souvenirs, de sa passion pour l'écriture, pour les livres. Elle réfléchit sur l'actualité, rit de ses travers, rêve dans la poésie.

05 décembre 2005

A la fois angoissant et libérateur

Parfois quand je lis, l'imprévisible beauté d'une phrase, ou bien la résonance qu'elle suscite en moi, me font lever les yeux un moment, et regarder au dehors, loin dans le ciel, comme si allait s'inscrire dans les nuages la réponse à une question que je sais que je me pose, mais dont j'ai oublié le contenu...

Là dans le ciel, pour peu que je ne revienne pas trop vite à ma lecture, je me laisse rêver et en quelque sorte mendier quelque chose d'important qui me donnerait davantage de vie...

Comme si je me reconnectais à plus large que moi, aux dimensions de l'univers, de l'humanité toute entière

Communion avec l'écrivain qui dit si bien les choses que je pense ou que je ressens, mais communion surtout avec l'humain...je sors de mes petites frontières...et c'est à la fois angoissant et libérateur...

une_journee_de_novembre

Peinture de Claude Théberge


Commentaires

    je t'envie de savoir exprimer ce genre de pensée

    Posté par phil, 05 décembre 2005 à 18:52
  • "L'imprévisible beauté d'une phrase"

    Eh bien, ce morceau de phrase là, précisément, "l'imprévisible beauté d'une phrase", je trouve ça très beau, vraiment. Je ne sais pas pourquoi, ça m'émeut, ça m'impressionne...

    A bientôt
    Tu viens voir mon blog ?

    Jean (Nuages)

    Posté par nuages, 05 décembre 2005 à 21:54
  • Je comprends ce que tu veux dire à travers ces quelques lignes : je ressens les mêmes choses.

    Posté par olivier, 05 décembre 2005 à 22:03
  • Oui, Coum, qu'il dise comme tu aurais aimé le dire sans réussir à l'exprimer ainsi.

    Ou parfois qu'il exprime ce que tu pressentais seulement, qui restait encore informulé en toi.

    Posté par telle, 05 décembre 2005 à 22:20
  • L'imprévisible c'est la raison de la lecture, la beauté, la résonance, l'harmonie, ce sont les récompenses, des moments de bonheur.

    Posté par Asterie, 06 décembre 2005 à 05:26
  • je fais souvent pareil... aussi... je viens de finir le dernier livre de gavalda , je n'ai jamais autant levé les yeux au ciel et senti cette connexion dont tu parles...

    Posté par malisan, 06 décembre 2005 à 19:00

Poster un commentaire