Voilà, ils sont partis - Coumarine, Petites paroles inutiles

Coumarine, Petites paroles inutiles

Inutiles peut-être...mais oh! combien nécessaires. Une femme parle du quotidien de sa vie, de ses humeurs, de ses souvenirs, de sa passion pour l'écriture, pour les livres. Elle réfléchit sur l'actualité, rit de ses travers, rêve dans la poésie.

28 mai 2005

Voilà, ils sont partis

Ils sont partis, heureux, on a passé une bonne soirée, les enfants et nous

Beaucoup d'animation autour d'un barbecue, tables dressées dans le jardin...

Quand tout le monde vient, on est 15...nous deux, nos cinq enfants, les quatre "rapportés", et quatre petits bouts qui sont heureux de se retrouver, pleins de vie, pleins de joie

On est une belle famille, oui, je peux être fière, heureuse, pas de problème majeur, ce sont de bons enfants, le dialogue est ouvert, on a ri en évoquant des souvenirs qui paraissent déjà si lointains, ils se voient entre eux, ont créé des liens de fraternité...que du bonheur...!

Mais non, pas que du bonheur...

Parce que entre deux plats, en allant chercher ceci ou cela dans la cuisine, en accompagnant un petit aux toilettes...comme ça, l'air de rien, l'air de ne pas y toucher, l'un ou l'autre vient me parler (oh! à peine) de ce qui ne va pas dans sa vie

C'est fou comme il  peut y avoir des choses qui ne vont pas dans la vie de ses enfants, des choses qui font chagrin

Il y en a pour tous les gouts, malheureusement

Des tracas de boulot, de confiance en soi, des soucis de dialogue dans le couple, des difficultés de santé, des soucis avec l'un ou l'autre enfant, ou avec les beaux parents, des problèmes d'argent, d'emprunt, de maison

Et puis des problèmes plus fondamentaux , je dirais existentiels de confiance en soi par exemple

Voilà, j'ai entendu un bel échantillonage, j'ai écouté, que puis-je faire d'autre, je suis impuissante, j'aimerais être une fée qui dise: abracadabra, et tout s'arrange, on gomme le problème, et on n'en parle plus...

La vie est parfois si difficile, et en même temps si passionnante, si merveilleuse

Ce qui rend la vie merveilleuse malgré tout, malgré tous les problèmes, c'est...la tendresse qui circule dans une famille

Tant qu'elle est là, et bien là...tout est possible...


Commentaires

    Mes enfants sont encore à la maison (18 ans).. ils ne se confient pas... peut être un jour quand ils seront plus grands...

    Posté par Annick, 22 mai 2008 à 17:45
  • Pour avoir de telles tablées, il faut que j'attende d'être invité par la mère de mes enfants, ou ses parents. De mon côté, la famille a vite été une corvée. Mes parents ont toujours été jugés comme de vilains petits canards par le reste de la famille ce qui ne met une ambiance qui fait envie.

    Pour ce qui est des confidences, c'est là qu'on se rend compte qu'on est parents jusqu'au bout, pas seulement jusqu'à l'envol du nid.

    Malheureusement, la tendresse, n'est présente que dans les rapports avec mes enfants.

    Bises et bon dimanche.

    Posté par vince, 28 mai 2005 à 23:59
  • La tendresse d'une famille

    Très joli texte!
    Que de beaux commentaires et si attendrissants pour une famille qui se réunit!
    Ce ne sont pas des moments d'obligation, ni de corvées...on le sent dans ton texte.

    Nous espérons tous, des réunions de famille comme les tiennes...
    Même avec les confidences qui touchent joies et peines.

    L'important c'est de nous revoir réunis à un moment de notre vie;et c'est dans ces moments, que le titre "parent" subsiste même quand ILS(ELLES) nous ont quittés pour continuer leur propre vie...

    Posté par Soloamor, 29 mai 2005 à 11:46

Poster un commentaire