c'est nul, madame... - Coumarine, Petites paroles inutiles

Coumarine, Petites paroles inutiles

Inutiles peut-être...mais oh! combien nécessaires. Une femme parle du quotidien de sa vie, de ses humeurs, de ses souvenirs, de sa passion pour l'écriture, pour les livres. Elle réfléchit sur l'actualité, rit de ses travers, rêve dans la poésie.

23 mai 2005

c'est nul, madame...

Je reviens de trois jours d'animation

Deux jours avec des adultes que j'ai menés vers l'écriture d'une nouvelle

Un jour avec des enfants auxquels on m'avait confié la difficile tâche de leur faire découvrir le bonheur de l'écriture...

Avec les adultes, je me sens à l'aise, dans mon élément, heureuse en fin de compte. Je me donne tout entière, dans l'écoute, l'accompagnement de ce qu'il y a de meilleur chez eux. Je donne des consignes qui parfois paraissent bien "sévères". Mais ce qui pourrait sembler restrictif libère au contraire leur imaginaire, leur créativité, chacun dans son créneau: certains écrivent poétique, d'autres dans le registre fantastique, d'autres encore dans le réalisme léger ou dramatique. Autant de personnes, autant de textes bien différents sur base pourtant des mêmes consignes, c'est étonnant, et pour moi, toujours source d'émerveillement..

Avec les enfants, c'est plus difficile...habitués au système scolaire, classique, bien cadré, il leur est difficile de comprendre que je les incite à sortir des sentiers battus, à plonger dans un non sens porteur de plus de sens, à oser partir dans le rêve, le farfelu, dans les mots qui disent bien plus que ce qu'ils sont sensés dire...(bon je me comprends)...et puis hélas, très vite, je perçois dans un mot, une parole, une réaction anodine du moins à première vue, une détresse, un mal de vivre, un chagrin et surtout et surtout, omniprésent déjà à cet âge,

un très grand manque de confiance en soi, énorme, douloureux à

force d"être à ce point martelé par ces mots dix fois répétés:

- je ne sais pas madame...

- c'est nul madame...

Ils sont aussi doués que nous les adultes pour dire sans cesse leurs doutes au sujet de ce qu'ils font, et de ce qu'ils sont

Et puis, si jeunes déjà, certains de ces enfants vivent de véritables drames, une petite soeur morte il y a deux mois d'une leucémie foudroyante, des parents en train de divorcer...les malheurs ordinaires ...très ordinaires, qu'on aimerait tellement épargner à ces enfants encore si jeunes, qui ne devraient QUE s'émerveiller deavnt la vie

Je suis rentrée lessivée, sur les genoux de cette journée par ailleurs enrichissante pour moi. Comme toujours, je vais pour apporter quelque chose, et je le fais de tout mon coeur, et c'est moi qui reçois ...

Je reçois l'infinie richesse d'un contact fort,au plus profond de l'humain

Quand on se met à jouer avec les mots, il n'y a plus de faux semblants, plus de faux fuyants,  on va à l'essentiel...

Et si le jeu devient grave, ou même douloureux, on ne s'y trompe pas, on sait, oui on sait, qu'on touche à l'essentiel, de cet essentiel qui fait vivre

Les enfants ne s'y sont pas trompés qui sont venus vers moi en me disant: c'était chouette, madame...


Commentaires

    encore bravo ........

    Posté par hugues, 23 mai 2005 à 23:28
  • C'est merveilleux de sentir comme tu te donnes à fond et... comme tu aimes !
    Félicitations, je t'embrasse.

    Posté par Pralinette, 24 mai 2005 à 06:44
  • créativité

    on a tous besoin de personnes comme toi qui nous aident à canaliser notre créativité, à sortir ce qu'on a dans les tripes, sous une forme ou une autre...merci pour ceux que tu as croisé pendant trois jours.
    je m'inviterai bien , tiens...
    bonne journée coumarine!

    Posté par listelle, 24 mai 2005 à 08:58
  • La question est : Peut-on "jouer" avec les mots ?
    (je ne parle pas ici du jeu de mots intellectuel)

    Ce jeu là, n'est-il pas finalement une sorte de fuite subtile de sa réalité et de sa vérité ?

    Où sont les mots qui "ne jouent pas" ?

    Posté par Alainx, 24 mai 2005 à 10:36
  • poser des mots sur un vécu difficile, quel qu'il soit, énoncer de simples faits, qui trop souvent sont gommés d'un regard d'adulte, apprendre à exprimer les silences...les mots sont aussi un formidable espace pour se réapproprier sa vie, dans ses joies et dans ses peines.

    Poser un mot c'est laisse couler les larmes de l'âme.

    j'aime beaucoup, vraiment beaucoup ce que tu fais de ces moments.

    Posté par arcadia, 24 mai 2005 à 11:42
  • Ouaip, j'ai fait ce constat aussi il y a peu de temps... Toutes ces potentialités qu'on ne laisse pas s'épanouir mais au contraire qui sont consciencieusement écrasée... C'est triste...

    C'est vrai Alain, quels sont les mots qui ne jouent pas ?... C'est peut-être pour oublier ça qu'on joue avec les mots, pour se donner l'impression qu'on les maîtrise, qu'ils ne jouent que quand on le décide...

    Posté par Céline, 24 mai 2005 à 15:53
  • On peut se demander si la déculturation de masse, l'avancée de l'analphabétisme dans nos pays ne va pas, justement, retirer leurs béquilles à ces pauvres erres qui ne pouront même pas exprimer leur souffrance. C'est quelque chose qui m'inquiète beaucoup.

    Posté par vince, 25 mai 2005 à 09:41

Poster un commentaire