Ecrire...pourquoi? pour qui? - Coumarine, Petites paroles inutiles

Coumarine, Petites paroles inutiles

Inutiles peut-être...mais oh! combien nécessaires. Une femme parle du quotidien de sa vie, de ses humeurs, de ses souvenirs, de sa passion pour l'écriture, pour les livres. Elle réfléchit sur l'actualité, rit de ses travers, rêve dans la poésie.

08 novembre 2004

Ecrire...pourquoi? pour qui?

Je me pose une question carrément existentielle

Est-ce que sur un blog, les bloggueurs écrivent quand ça va bien pour eux?

Ou quand rien (ou si peu...) ne va?

Ecrit-on quand on reçoit un coup dur, des mails assassins, des détournements de sympathie ou des coups de cafard???

ou quand il y a des caresses, des paroles douces, des mots de tendresse, des histoires de bonheurs, un moment de couette...

Ca se raconte le bonheur? Ne seraient-ce pas des petites paroles inutiles?

Et les vraies paroles, celles qui pèsent leur poids de vérité parleront  de coups de gueule, de coups de force, de gros chagrins, ou de colères justifiées...non?

J'ai de quoi écrire alors...c'est ma mauvaise semaine...

Coumarine

 

 


Commentaires

    moi j'écris (m'fin j'essaie) des trucs gais, quand tout va vraiment mal, pour retarder le moment d'affronter la situation et de la prendre à bras le corps... bon courage pour ta smaine

    Posté par laurinette, 08 novembre 2004 à 13:45
  • Ecrire ou mourir !

    C'est un peu ça ! On écrit parce qu'on ne veut pas mourir. Les écrits restent... Pfff !!!

    Posté par Olive, 08 novembre 2004 à 18:43
  • Moi j'écris un peu n'importe quand, cela n'a rien à voir avec si ça va ou pas ; c'est plutôt lié à mon envie de coucher sur papier des bonheurs ou des coups de cafard, c'est quand j'ai envie que ça sorte ! et quand je peux l'écrire surtout...Parfois les mots restent bloqués... Cela peut être deux jours de suite, ou une fois de temps en temps ; ma liberté quoi !
    Bises et courage pour la semaine... la vie serait-elle si moche ?

    Posté par Pralinette, 08 novembre 2004 à 19:00
  • Merci Laurinette pour tes mots ...retarder le moment d'affronter, non je suis plutôt du genre fonceur...trop!
    Olive...pendant tout un temps pour moi, écrire c'était pour ne pas mourir
    Pralinette, meuh non la vie n'est pas moche (plus) mais il y a des jours comme ça...
    Tiens j'ai une idée...
    jean-Jaaaaaaaaaaaaaaacquzs, alaaaaiiiinnnnn
    des bisous siouplè

    Posté par Coumarine, 08 novembre 2004 à 20:16
  • Coumarine

    Un peu en retard comme d'habitude, mais j'arrive quand même pour t'apporter tout plein de bisous. Bisous dans la nuit pour que tu fasses de beaux rêves, bisous du matin pour te souhaiter une bonne journée, bisous à tout heure pour accompagner les tiennes...
    Tiens c'est une bonne idée finalement, écrire pour apporter des bisous... Mais bon, tu me connais, les bisous c'est lorsque les mots se taisent...

    Posté par jean-jacques, 08 novembre 2004 à 23:20
  • Oh la!

    Moi j'écrit parce que j'aime ca. j'aime jouer avec les mots, raconter des histoires, ou des conneries.

    je tiens depuis logtemps un cahier ou je couche mes reflexions, mes etats d'ames, mes interrogations, mes bonheurs... Souvent ca me permet de voir plus clair, de reflechir plus droit.

    Sur les blog j'écris pour être lue, pour partager.

    pour ton message d'avant:

    Oui, pas sympas tes frères, pas sympas du tout. Ca me rappelle une phrase qui me reviens à chaque fois que j'entens dire du mal, de moi ou des autres: "Quand les gents parlent des autres, en fait c'est d'eux qu'ils parlent. Quand ils se taisent de facon aussi affirmative c'est qu'il n'ont rien a dire."

    bises à toi. Des bises chaleureuses qui claquent bien fort pour dissiper les nuages que forment les imbbéciles au dessus de nos têtes.

    Posté par aude dite orium, 09 novembre 2004 à 00:57
  • Oui.. ça se raconte le bonheur.. mais c'est comme pour le Journal Télévisé.. celà intéresse beaucoup moins que le malheur...

    Posté par Annick, 09 mai 2008 à 13:59
  • Pour ma part, c'est mystérieux, quand ça me toque, une sorte d'état d'inconscience, parce que si j'y pense vraiment, je ne poste pas, mais alors pas du tout... Je crois que c'est un état d'inconscience qui me permet ensuite de me dire: ah tiens? c'est toi là? je ne te connaissais pas comme ça. En résumé, une rencontre avec moi-même, grâce au fait qu'il y a un éventuel regard sur cette bribe d'existence avec d'autres, et au final, une rencontre avec les autres. Un peu tordue ma description?

    Posté par Christiane, 14 juillet 2011 à 17:47

Poster un commentaire